Association Nationale de gestionnaires d'espaces naturels littoraux et lacustres préservés

Rivages de France en "4 Agde" : salon, visite, AG et ateliers

Posté le 4 novembre 2022

Sommaire

<p style="font-weight: 400;"><strong>Aujourd'hui, cet espace représente</strong> (source Conservatoire du littoral-2020) :</p> <ul> <li>743 ha de domaine protégé</li> <li>38 habitats naturels</li> <li>Plus de 400 espèces végétales</li> <li>Plus de 260 espèces d’oiseaux recensées</li> <li>120 ha dédiés aux activités agropastorales</li> <li>30 ha à la viticulture</li> </ul> <p><span style="font-weight: 400;">7 000 visiteurs dont 4 000 scolaires sensibilisés chaque année sur le site et aux alentours.</span></p>
<ul> <li><strong>Une volonté accrue d'échanges d'expériences et de montée en compétence des gestionnaires</strong>, confrontés à et mobilisés sur des enjeux de plus en plus cruciaux, s'exprimant par : 1/ la demande soutenue de formations ou d'interventions assurées par Rivages de France <em>(</em><a href="https://rivagesdefrance.org/champs-actions/nettoyage-des-plages/"><em>nettoyage raisonné des plages</em></a><em> pour les élus et agents de communes, </em><a href="https://rivagesdefrance.org/rivages-de-france-parle-frequentation-devant-les-pros-du-tourisme/"><em>tourisme durable</em></a><em> à destination des acteurs du tourisme...), 2/ </em>la mise en œuvre, par ou avec le concours de Rivages de France, de nouvelles rencontres régionales autour de problématiques de gestion <em>(</em><a href="https://rivagesdefrance.org/champs-actions/frequentation-rivages/"><em>fréquentation des sites</em></a><em>, </em><a href="https://rivagesdefrance.org/champs-actions/sentier-du-littoral/"><em>sentier du littoral</em></a><em>, </em><a href="https://rivagesdefrance.org/champs-actions/erosion-cotiere-submersion/"><em>érosion côtière/submersion marine</em></a><em>...)</em></li> <li><strong>L'appétence du public pour les espaces naturels</strong> (avec ses conséquences contrastées...), mais aussi avec une prise de conscience de leur fragilité, voire une volonté de contribuer à leur préservation. Pour preuve, l'impulsion d'une dynamique citoyenne autour des espaces littoraux et lacustres et de leurs gestionnaires, via le partenariat conclu avec la <a href="https://fvcs.fr/">Fédération nationale des Villes et Conseils des Sages</a> (FVCS). Première concrétisation : l'organisation en septembre 2022 d'une formation à l'environnement littoral pour 6 conseils des Sages de Charente-Maritime !</li> <li><strong>La problématique de la maîtrise de la fréquentation</strong> <em>(objet d'un travail de fond de Rivages de France : conseil d'administration et </em><a href="https://rivagesdefrance.org/comment-gerer-lintensite-de-la-frequentation-des-espaces-naturels-littoraux-et-lacustres/"><em>ateliers dédiés</em></a><em> en 2021, édition d'un Guide fin 2022)</em> <strong>qui croise désormais et parfois vivement celle de la garderie</strong>, confrontée sur le terrain à des flux inédits de visiteurs et à des comportements de plus en plus inappropriés voire dangereux. D'où l'organisation par Rivages de France de ses 2<sup>es</sup> Ateliers sur le thème "Halte : garderie!", à Agde, à la suite de l'assemblée générale 2022. Nous consacrons un article spécifique <u>"AGDE 4 – Halte : Garderie !</u> à ces Ateliers et à leurs possibles suites.</li> <li><span style="font-weight: 400;">En corollaire à ce qui précède, ce que nous serions tentés de baptiser </span><strong>"la mère de toutes les problématiques" : l'insuffisance de moyens humains, matériels, <a href="https://rivagesdefrance.org/champs-actions/financement/">financiers</a></strong><span style="font-weight: 400;"><strong>,</strong> que les gestionnaires compensent très partiellement par beaucoup de volontarisme et de système D... mais avec le sentiment que leurs réalités ne sont pas connues et leurs efforts bien réels peu soutenus ! D'où l'impératif pour Rivages de France, comme l'a vigoureusement exprimé son président Didier RÉAULT, de relancer une réflexion et </span><strong>des actions spécifiques sur cet aspect en 2023 !</strong></li> </ul>
<p style="font-weight: 400;">Changement climatique incontournable, dont les effets imposent l’adaptation en continu de la gestion. Intensification de l'hyperfréquentation des espaces naturels. Ignorance (ou désintérêt) et intolérance croissante de certains usagers aux règles liées aux impératifs de protection des sites. Le tout dans un contexte de moyens humains limités et de contraintes en termes statutaire, budgétaire, organisationnel, juridique, de formation et d'outils... <strong>N'en jetez plus !</strong></p> <p style="font-weight: 400;">Sur le terrain, les gardes et autres agents du littoral affrontent ainsi <strong>des situations de plus en plus complexes ou inédites, dans des conditions de moins en moins adaptées.</strong> Et ce à moyens organisationnels, matériels et humains constants, et avec le sentiment de ne pas forcément être entendus, soutenus, formés, équipés en conséquence.</p> <p style="font-weight: 400;">En 2021, les 1<sup>ers</sup> ateliers de Rivages de France dédiés à la maîtrise de la fréquentation pointaient déjà que désormais, les espaces naturels, "pris d'assaut", importent de l'espace urbain de nouveaux publics, enclins à y reproduire des comportements inappropriés (destructions, incivilités...). La surfréquentation liée au Covid 19 et ses épisodes de déconfinement en 2020 sont passés par là ! Et aujourd'hui, <strong>cette affluence exponentielle et les problématiques comportementales inédites s'inscrivent désormais en préoccupations croisées et durables pour les gestionnaires de sites.</strong></p>
<p>Autant dire que ces Ateliers de Rivages de France étaient attendus. <strong>A minima pour créer un espace d'échanges dédiés entre gestionnaires, garderie et conservatoire du littoral, et "plus si affinités", à savoir ébaucher ensemble des pistes d'amélioration de la situation.</strong> Pour huiler ces rouages de la concertation, Stéphanie DOUILLARD (cabinet<a href="https://www.anthr2.com/">ANTHR2</a>) assurait une animation dynamique, entre pose du contexte, "bris de glace" entre participants, expression de chacun facilitée par le "bâton de parole", travaux de groupes et primo-synthèse. Chacun a donc pu s'exprimer, écouter, proposer, co-produire de l'intelligence collective au service des enjeux du jour.</p>
<p style="font-weight: 400;"><strong>1<sup>er</sup> CONSTAT : le vif ressenti des gardes et agents du littoral</strong>, entre infractions en hausse, difficultés et sentiment d'insécurité pour gérer les situations tendues, manque de reconnaissance de leurs missions de police, inadaptation et insuffisances de l'organisation, des moyens alloués, des politiques pénales... L'acceptation sociale des contraintes réglementaires et le comportement des usagers envers ceux qui les incarnent sur le terrain s'avèrent de plus en plus délicats. Selon certains, la perception des gardes glisserait même de "sentinelles" à "policiers" de l'environnement.</p> <p style="font-weight: 400;"><strong>2<sup>e</sup> CONSTAT : l'impératif pour les parties prenantes – employeurs, gardes et agents du littoral, Conservatoire </strong><strong>du littoral, usagers – de se mettre au diapason</strong>, pour prendre toute la mesure des problèmes rencontrés et toutes les mesures nécessaires pour y répondre. Car en l'état, la garderie a le sentiment que prédomine une vision édulcorée des réalités rencontrées sur le terrain, alors qu'elle est parfois amenée à les gérer "sans filet" en termes stratégique, hiérarchique, juridique, de moyens humains et matériels. Et si la remontée de premier niveau au chef de service s'avère indispensable et utile, elle ne pallie pas l'absence d'une véritable stratégie concertée et concrète, impliquant tous les interlocuteurs et à tous les échelons (territorial, policier, juridique...) <em>ad hoc</em>.</p> <p style="font-weight: 400;"><strong>3<sup>e</sup> CONSTAT : si ces seuls Ateliers ne suffiront pas à apporter les réponses concrètes aux grands enjeux posés, </strong><strong>ils constituent une base pour avancer.</strong> On ne résout pas en 4 heures une problématique aussi complexe et "à vif", d'où sans doute l'expression par quelques participants d'un sentiment de frustration ! Cependant, un véritable dialogue s'est instauré, l'information a circulé, des idées ont été partagées et des propositions ont émergé. Il reste donc à proroger la démarche pour les affiner, les formaliser, puis en assurer la faisabilité et la future mise en œuvre...</p>
<p><strong>Dès à présent, Rivages de France réfléchit à plusieurs pistes parmi lesquelles :</strong><br /> • inviter instamment ses adhérents, gestionnaires-employeurs, à instaurer <strong>un dialogue spécifique et régulier</strong> sur les problématiques et territoires concernées avec leurs chefs de service, leurs gardes et agents, leurs usagers<br /> • voir avec le conservatoire du littoral comment adapter et concrétiser le document 2018 <strong>"Orientations et actions stratégiques du conservatoire du littoral en matière de garderie"</strong><br /> • étudier l'opportunité d'un <strong>groupe de travail dédié</strong> réunissant des représentants des employeurs, de la garderie et du Conservatoire du littoral, pour poursuivre la réflexion engagée et affiner les propositions issues des Ateliers...</p>
Copyright © 2021 – 2022 design by cobalt
Mot de passe oublié

Demande de
mot de passe

Indiquez votre e-mail adhérent.
magnifiercrosschevron-upchevron-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram